UMR EFTS
Education, Formation, Travail, Savoirs  MA122

le 20 octobre 2017

Journée d'étude organisée par les laboratoires LLA-CREATIS, EFTS et la SFR AEF

Education musicale et intégration sociale (EMIS)

Depuis plusieurs décennies, les questions liées à la cohésion sociale, l’égalité des chances et la citoyenneté en lien avec la ségrégation socio-spatiale en zones urbaines sensibles font l’objet d’une attention particulière de la part des mondes politique, de l’éducation et universitaire, et suscitent de nombreux débats dans la société civile et les médias. Parmi les différents sujets reliés à ce que l’on appelle la politique de la ville (habitat et urbanisme, sécurité, accès à l’emploi), l’école, l’éducation et l’accès à la culture occupent une place centrale en ce qu’elles sont considérées comme un levier essentiel capable de réduire les fractures sociales dans les quartiers en difficulté. C’est du moins le postulat voire l’hypothèse sous-jacente à de nombreux textes officiels qui portent sur la scolarité obligatoire comme en témoignent, par exemple, le premier socle commun des connaissances, des compétences (MEN, 2006) et le second qui dans son intitulé ajoute aux termes de connaissances et de compétences, le terme « culture » (MEN, 2015). Depuis presque une décennie, l'OCDE finance des études afin de documenter les retombés sociales de l'éducation principalement en matière d'engagement civique et social (2006 ; 2007). Plus récemment le projet Éducation et progrès social (Education and Social Progress [ESP]) vise à mieux comprendre la façon dont l’éducation et les compétences sociales et émotionnelles (persévérance, l’estime de soi et le respect des autres) influent sur le bien-être individuel, l'engagement civique et l'amélioration des relations sociales (2015). Force est de constater que dans ces études, l'impact et/ou les effets de l'éducation ou de la pratique musicale est quasiment absent.

Cette journée d'étude derssera un premier bilan des actions entreprises, au niveau local, national et international, en analysant les initiatives prises en France depuis une dizaine d’années à l’intérieur et en dehors du milieu scolaire. Elle permettra une meilleure connaissance de la diversité des situations vécues sur le terrain, tout en favorisant la mise en réseau des différents projets existants. Cette journée servira non seulement d’observatoire, mais également de plate-forme offrant aux différents acteurs un espace de dialogue et de rencontre qui permettra de faire circuler l’information et d’échanger les retours d’expériences. Les questions principales qui se posent à la recherche peuvent être formulées ainsi : quelle est l'efficacité de certains apprentissages musicaux (1) sur l'augmentation des capacités cognitives, émotionnelles, sociales… des sujets ? (2) sur l'amélioration du climat scolaire ? Quels sont les freins (institutionnels, matériels, symboliques) qui limitent aujourd’hui le développement de l’éducation musicale à vocation sociale ? Comment articuler initiatives institutionnelles et non-institutionnelles ? Comment imaginer des indicateurs fiables pour mesurer la réussite des différents projets ? Comment améliorer la formation des enseignants de musique, qu’ils se destinent à enseigner dans  l’enseignement général, dans l’enseignement musical dit spécialisé ou encore dans le secteur associatif ? L’objectif est de pouvoir construire une expertise en la matière, qui croiserait les questions liées aux objectifs, aux méthodes d’enseignement, à l’organisation matérielle et institutionnelle, aux répertoires, aux représentations sociales (musique classique/multiculturalisme), à l’évaluation par les différents acteurs des dispositifs mis en place mais aussi à une évaluation plus neutre par des chercheurs  indépendants de ces dispositifs.


Lieu(x) :
ESPE Toulouse - Saint Agne

 

Version PDF | Mentions légales | Conseils d'utilisation | Lien vers RSSSuivre les actualités | haut de la page