Thème 1

La genèse des savoirs dans les institutions didactiques

Cadrage général du thème


Le thème 1 fédère les chercheurs intéressés par :

  • le questionnement mutuel sur les processus de production, construction, structuration, appropriation et circulation des savoirs dans les institutions à visée d’éducation et de formation ;
 
  • la diversité des espaces et des acteurs impliqués : dans / hors l’école, à différents niveaux d’un cursus de formation (depuis le cycle 2 jusqu’aux études supérieures), dans différents espaces de formation (enseignement général / professionnel ; formation professionnelle, dont la formation au métier d’enseignant)
 
  • la diversité des objets, méthodes, cadres utilisés dans les recherches
 
  • le rôle du langage dans la construction, l’appropriation et la diffusion des savoirs.

Il apparaît donc important dans le pilotage du thème d’assurer l’expression de cette diversité des recherches menées, des contextes étudiés et des visées choisies.

Plusieurs orientations se dégagent :

la didactique des questions socialement vives

la théorisation de l’action conjointe en didactique

la didactique clinique

la littératie

la médiation numérique des savoirs

 
L’animation scientifique du thème vise à articuler ces différentes orientations dans un travail théorique, méthodologique, de diffusion des productions, épistémologique, portant sur la genèse des savoirs dans les institutions didactiques.

Un certain nombre d’objets recoupe les recherches menées au sein de chaque orientation et est ainsi identifié comme nécessitant une collaboration :
 
  • Du point de vue théorique, le terme d’« institutions didactiques » nécessite d’être questionné, en documentant à la fois son extension (jusqu’où une institution peut-elle être qualifiée de didactique ?) et ses caractéristiques (existe-t-il un degré de didacticité pour une institution ?). De même, les différentes orientations fondent leur approche scientifique avec un regard particulier sur les savoirs, il s’agira donc d’expliciter les cadres et références mobilisées afin de clarifier la nature et le statut des savoirs qui émergent, circulent, sont produits, transmis, etc., dans des institutions didactiques.
 
  • Du point de vue méthodologique, nous travaillons à confronter les manières dont les « phénomènes didactiques » sont produits au sein des différentes orientations scientifiques (quelles sont les méthodes mobilisées ? Que supposent-elles ? Comment articulent-elles des échelles différentes d’analyse ?). Une focale spécifique est mise sur les recherches de type participatif (quelles formes prennent-elles ? Avec quels acteurs sociaux ?) et collaboratif, notamment sous l’angle de l’articulation recherche-formation.
 
  • Un axe central du travail épistémologique au niveau du thème sera l’explicitation de la posture du chercheur. La notion de vigilance épistémologique du chercheur fera l’objet d’un travail serré (en termes de modalités de construction de son objectivité, de choix dans les savoirs ou pratiques pris en référence, de distance aux savoirs dont il étudie la genèse dans les institutions didactiques, de clarification de son engagement social).
 
  • Enfin, du point de vue de l’utilisation des résultats, une attention particulière est accordée à la diffusion des travaux de recherche au-delà du cercle académique, ce qui pose des questions redoutables, non seulement de modalités techniques de mise en forme pour un public non spécialiste, mais surtout d’identification d’éléments pertinents à transmettre, en lien avec les visées de ces diffusions.